Newsletter n°1

Ces derniers mois, l’équipe s’est concentrée sur le développement de nouveaux partenariats et la finalisation des projets en cours. D’ici la fin de l’année, nous mettons tout en oeuvre pour que l’une de nos structures voie le jour :

  • Le Petit Sentier (crèche à vocation insertion professionnelle)
  • L’organisme de formation linguistique ALIA
  • Le Chemin Fleuri (chantier d’insertion plantes aromatiques)
  • La verrerie Peregrin

Ce sera le point de départ d’un développement ambitieux, qui permettra la concrétisation de nos actions. Parallèlement, nous poursuivons l’accompagnement global d’une trentaine de bénéficiaires, un engagement soutenu, ponctué de petits succès, source d’enthousiasme et de motivation.

Destination réussite

Parti de Bosnie avec sa famille dans les années 2000, Luca rencontre Ambra, réfugiée monténégrine. Ensemble, ils vont entamer un parcours du combattant pour obtenir un droit d’asile, parcours semé d’embûches, avec la menace permanente d’expulsion. Entre peur, récits de vie compliqués, absence de papiers, mauvais conseils et démarches vouées à l’échec, ils tentent tant bien que mal de se construire un nid douillet sur des terrains en friche, en caravane. Un jour, un hébergement est enfin proposé, hélas, seule Ambra, enceinte, peut en bénéficier, car Luca est en situation irrégulière.

Dès l’été 2018, nous essayons de reconstruire un lien de confiance, malmené par les multiples revers. Entre méfiance et espoir, Luca va entreprendre un voyage risqué jusqu’en Bosnie, pour obtenir des papiers que son propre état civil n’avait jamais voulu lui délivrer. De retour, nous avons pu avec l’aide de Jérôme, avocat membre de l’association, monter un dossier de titre de séjour complet. En janvier 2019, son titre de séjour en poche, Luca a enfin pu entamer son parcours d’insertion. La famille vit désormais en appartement, Luca a eu son permis de conduire, et souhaite commencer une formation dans les espaces verts.

Chronique d'une dignité retrouvée

Maria et son mari ont quitté la Roumanie suite à l’incendie de leur maison, seul point d’ ancrage dans un village touché par la pauvreté. Portée par le mythe d’un « Eldorado » français fortement défendu par son mari, elle déchante en arrivant sur le bidonville de Celleneuve à Montpellier, où elle restera une année à espérer.
Entre mendicité, isolement et violences conjugales, le rêve français devient chimère.

Un ultime conflit conjugal un vendredi soir, et Maria nous appelle désespérée…elle veut rentrer chez elle, retrouver ses enfants. Un marathon partenarial s’engage alors : L’Autre Chemin réussit avec le Conseil départemental, le 115, et l’association Caban (accueil de nuit La Chapelle) à lui offrir quelques jours de répit, avant son départ une semaine plus tard. 

« Je vais pouvoir penser à moi et à mes enfants maintenant. » Maria, 53 ans

Maria a été soutenue pendant cette période grâce à la bienveillance de Michel, aux dons de la Banque Alimentaire, et l’accompagnement quotidien de notre collègue Nadia, jusqu’au soir de son départ.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. L’association, forte de ses contacts en Roumanie, l’accompagne désormais à distance, afin qu’elle puisse retrouver, famille, foyer et dignité.

Fermer le menu