Rapport d’activité 2019

Préambule

L’association L’Autre Chemin a pour objectif de répondre aux besoins sociaux insatisfaits ou émergents, afin de permettre à chacun de pouvoir se réaliser dans la liberté de choix et la dignité.
Nous proposons à nos bénéficiaires un parcours vers l’emploi ou l’activité dans une logique d’accompagnement global, couplé à la résolution des problèmes du quotidien.
Parallèlement, nous effectuons un repérage et des diagnostics afin de développer des projets visant l’insertion sociale et professionnelle de publics en situation de précarité.
Avec 4 membres actifs présents sur le territoire montpelliérain, et soutenus par des partenaires, l’association a déjà réalisé un accompagnement global pour une trentaine de personnes.
Des problématiques sociales les plus difficiles (absence de logement, d’emploi, problèmes médicaux) aux impasses juridiques les plus complexes (absence d’identité, séjour irrégulier), nous avons apporté des solutions à des personnes découragées, en détresse face à la multitude d’interlocuteurs et la complexité des démarches.
2019 a été une année de travail bénévole (hors quelques dons alloués à la couverture d’une partie des frais de fonctionnement). Elle a aussi été l’année de la prospection des réseaux, des partenaires, des financeurs. 2020 s’annonce certainement comme l’année de la concrétisation des projets de L’Autre Chemin.

Editorial

Cette année 2019 a été pour nous l’occasion de confronter nos projets à la réalité locale.
Bien qu’ils répondent aux besoins diagnostiqués, le calendrier électoral et le temps administratif n’ont pas permis de les concrétiser entièrement.
Toutefois, les liens solides avec l’association Une famille un toit, basée à Nantes, et le mécénat de compétences avec l’association de prévention spécialisée Groupe Addap13, basée à Marseille, nous ont permis de conforter nos diagnostics, partagés, et de défendre la légitimité de nos projets.

L'action innovante nécessite souvent un engagement partenarial fort

C’est également une année pendant laquelle nous avons aidé bénévolement des personnes de tous horizons, dans un lien d’enrichissement mutuel. Nous avons pu fêter certaines victoires pour les uns, continuer à nous battre pour les autres.

Nous avons, à notre petite échelle, changé leur quotidien, orienté, soutenu, interpellé, avec pour seul objectif la recherche de solutions, malgré les freins de la logique de compartiment et de mandat encore prégnante, qui mettent de côté le besoin humain, et laissent certaines personnes devenir ou rester invisibles et non ou pas assez prises en charge.

En ce début d’année 2020, l’événement marquant reste la confiance que nous a accordé la fondation AG2R La Mondiale, qui nous permet de mettre en place un projet pilote de préscolarisation adressé aux enfants issus des bidonvilles : leur soutien a permis la location d’un local ainsi que le financement de l’équipement nécessaire à ces ateliers éducatifs. Cela nous permettra de prouver aux acteurs publics et politiques qu’une action en ce sens est nécessaire afin de lutter contre le décrochage scolaire dès le plus jeune âge et la reproduction des inégalités et de la pauvreté.

Accompagnement social

Avec 3 membres actifs bénévoles impliqués sur le terrain de la région montpelliéraine, l’association a pu accompagner plusieurs ménages au long de l’année 2019 :

  • 7 ont été accompagnés dans leurs démarches médicales – sécurité sociale, accès aux soins, suivi médical
  • 6 ont été accompagnés dans des démarches administratives : domiciliation, accès aux droits sociaux, gestion bancaire, accès au logement, démarches juridiques de régularisation du séjour, etc.

Grâce au partenariat avec la Banque alimentaire de l’Hérault, l’association a pu allouer pendant les 3 mois d’été des colis alimentaires hebdomadaires à 30 personnes en situation de précarité.

 

Jean* a 63 ans et vit seul à Palavas-les- Flots de sa pension d’invalidité. Isolé depuis plusieurs années, un voisin nous a alerté sur sa situation. En le rencontrant, il s’est avéré qu’il n’était pas accompagné dans ses démarches et que ses difficultés financières et de gestion l’empêchaient de s’alimenter correctement ou de payer son loyer.

Désormais retraité, il n’a pas su faire valoir ses droits et son budget s’est encore plus dégradé. Sa situation est emblématique de ces personnes invisibles, qui vivent leur retraite dans la solitude et la précarité. Malgré sa condition, il n’a pas hésité à héberger ponctuellement d’autres personnes, sans domicile. Nous l’accompagnons depuis juillet afin qu’il retrouve un quotidien plus digne et serein.

 

Une pensée à Jean*, décédé en février 2020.

 

Accompagnement médical

Mickaël* est reconnu handicapé à 80% suite à une tumeur du cerveau. Il vit sur un bidonville à Montpellier et attend l’attribution d’un logement social. Non-francophone, nous effectuons une médiation et l’interprétariat avec les services du CHU pour son suivi médical, jusqu’à présent interrompu, faute d’accompagnement.

Un peu plus loin, vit Adrian*, qui a de graves problèmes de vue. Médecins du monde, lui a obtenu des lunettes. Nous l’accompagnons dans ses rendez-vous médicaux, assurons son suivi et la traduction.

Une partie du public bénéficiaire vit en bidonville dans des conditions très précaires.

L’accompagnement médical de ces personnes cumule des difficultés dues à un suivi irrégulier, à des problématiques de santé complexes, et à un manque de connaissances et d’autonomie dans le parcours de soins.

La barrière de la langue est également un facteur décisif dans le choix d’un suivi régulier. En effet, faute de traducteurs systématiques lors des visites médicales, beaucoup renoncent aux soins, se rendant uniquement aux urgences.

Du fait des conditions d’hygiène sur les lieux de vie, les enfants ont des problèmes précoces et sévères de dentition.

Enfin, les stratégies de survie font que ces personnes privilégient leur travail pénible (ramassage, recyclage) à leur santé, aggravant leur situation.

Accompagnement éducatif et professionnel

Les bénéficiaires que nous accompagnons sont généralement éloignés de l’emploi car en situation d’exclusion. Nous avons apporté une aide à la recherche d’emploi, à 6 personnes : constitution de CV, définition du projet professionnel, mise en relation avec des agences d’intérim et des entreprises, entraînement aux entretiens d’embauche.

Concernant les plus jeunes, nous faisons une médiation entre les parents et l’école, afin d’assurer un suivi scolaire et un lien soutenu. Ainsi, nous avons pu accompagner une famille non francophone à Béziers, inscrire leurs 2 filles à l’école, et sommes restés en lien permanent avec les enseignants et le personnel scolaire pour le suivi administratif et éducatif. Cela permet d’éviter le décrochage scolaire de ces enfants et de conserver la mobilisation des parents et de l’école.

Il en a été de même pour d’autres ménages habitant Lattes. Ces familles étant en situation irrégulière depuis plus de 10 ans, l’assiduité des enfants à l’école a été irrégulière, au gré des expulsions et déménagements en abri de fortune.

Il a été très difficile pour ces enfants de se projeter, d’autant plus qu’une fois atteint l’âge de 16 ans, la scolarité n’étant plus obligatoire, il leur est impossible d’intégrer une formation, faute de papiers.

Gabriel, scolarisé en classe de 3ème, va intégrer dès l’année prochaine un EREA (établissement régional d’enseignement adapté) afin de préparer le CAP peintre en bâtiment.

Le centre de loisirs de la ville de Pérols nous a proposé des tarifs adaptés afin que Gabriella (13 ans) et Regina (6 ans), les deux soeurs de Gabriel, puissent participer à des activités périscolaires.

Grâce au travail partenarial avec l’entreprise Ciel Vert, nous avons concrétisé l’embauche de Luca, qui a obtenu un titre de séjour en janvier, après 14 ans passés en France sans papiers. Dès sa régularisation, il a passé son permis de conduire, et après une période d’essai durant l’été, Luca a été confirmé comme ouvrier paysagiste.

Désormais il peut subvenir aux besoins de sa famille, et a pu quitter le bidonville dans lequel il vivait en caravane, pour habiter dans un appartement à Montpellier. Cette dynamique a remobilisé toute la famille ; sa fille rentrera en crèche dès l’année prochaine, ce qui permettra à son épouse de travailler dans la vente.

Dès le 1 mars, un atelier de préscolarisation va ouvrir à Pérols

Grâce au soutien financier de la fondation AG2R La Mondiale, nous mettons en place un projet pilote de 6 mois : Le Petit Sentier, espace éducatif pour enfants allophones de 2 à 5 ans en situation de précarité, afin de les préparer à leur entrée en maternelle.

En parallèle, un soutien à la parentalité est mis en place, l’objectif étant la prévention de l’échec scolaire dès le plus jeune âge, l’autonomisation et l’insertion des parents.

Des actions d'information et de plaidoyer

L’été 2019, nous avons proposé à l‘école de cinéma de Montpellier, Travelling, un partenariat afin de réaliser un documentaire sur les trois familles bosniennes que nous suivons et accompagnons.

L’objectif était de préciser le travail de l’association, de mettre en lumière le cas et les problématiques de ces personnes, et les différentes solutions existantes, afin d’alerter les acteurs publics et associatifs de leur sort, ignoré et souvent dans une impasse, car ni européens, ni réfugiés.

En septembre, avec 3 étudiants stagiaires, nous avons commencé le tournage. Actuellement en phase de montage, le documentaire sera finalisé en mars.

Cela a été l’occasion de filmer les locaux de la Banque alimentaire, et de faire un focus sur son activité, nous avons suivi Luca sur son lieu de vie et sur son lieu de travail et obtenu le ressenti de ses employeurs.

Les témoignages des membres de ces familles sont importants, car très souvent, on parle pour eux, mais on leur donne très peu la parole. Nous souhaitons ainsi rétablir le lien entre ces personnes et la société, dépasser les a priori et les idées reçues véhiculées.

Fermer le menu